Retour à la normale ou relâchement des gestes barrières, les maladies qui faisaient partie de notre quotidien, avant la pandémie, refont désormais surface. Les professionnels de santé enregistrent par ailleurs un taux élevé de ces maladies qui étaient en net recul sur l’année 2020. Grippes, gastros, angines et bronchiolites : les raisons du retour en force de ces maladies hivernales et les solutions pour les contrer.

Retour à la normale ou relâchement des gestes barrières

« Durant l’année 2020, aucun cas grave de grippe n’a été rapporté », rapport Santé Publique France. Et pour cause, la pandémie nous a poussé à prendre quelque peu nos distances et à porter systématiquement le masque en intérieur, comme en extérieur. Les gestes barrières nous ont donc permis de nous prémunir de toutes ces maladies saisonnières qui survenaient principalement en hiver.

Un retour à la normale qui rassure certains mais qui inquiète davantage les professionnels de santé. La Covid étant toujours présente, ceux-ci s’inquiètent en effet de voir la population quitter de plus en plus les masques et les gestes barrières. Submergés, les médecins observent une nette évolution du nombre de consultations effectuées dans leur cabinet.

Par ailleurs, de nombreux patients peinent désormais à faire la différence entre la Covid et la grippe. Face à la montée en puissance des symptômes de cette dernière, l’ARS (l’Agence régionale de santé) a été alertées en septembre pour prévenir l’apparition d’une nouvelle variante de la Covid-19. Elle a finalement rassuré la population en disant qu’il ne s’agissait en réalité que du retour des anciennes maladies hivernales. Précisons donc qu’il est important de conserver les réflexes mis en place tout au long de l’année 2020 pour ne pas risquer une nouvelle vague de pandémie.

Par ailleurs, si les maladies physiologiques sont en hausse, c’est également les troubles liés à la santé psychique. On rappelle qu’à partir de janvier 2022, les consultations pour aller voir un psychologue seront prises en charge par la sécurité sociale sous conditions de prescription. Jusqu’à l’application de cette mesure, elles seront remboursées par la mutuelle santé à hauteur de 60 € par séance. Pour tous ceux qui n’auraient pas eu une couverture santé suffisante jusqu’à présent, il peut être intéressant de se pencher sur des comparatifs de mutuelles. Certaines permettent en effet de protéger toute la famille à moindre coût.

Un système immunitaire fragilisé

Si la diminution des gestes barrières expliquent en grande partie le retour des maladies saisonnières, la fragilité de notre système immunitaires est également en cause. En effet, le corps s’endurcit au fil des années lorsqu’il entre en contact avec des bactéries. À cause des confinements résultants de la crise sanitaire et des gestes barrières, la population a donc subi un affaiblissement des défenses immunitaires.

Chaque hiver, notre corps se prépare à affronter les virus tels que la grippe, l’angine ou la bronchite. L’hiver dernier étant confiné et la population étant sous masques, les corps n’ont donc pas pu se préparer à ce début d’automne. « On va tous être plus sensibles aux infections respiratoires[…] L’hiver dernier, notre système immunitaire n’a pas été stimulé » déclare le médecin et journaliste Damien Mascret sur France Télévisions.

S’il n’y a pas lieu de s’inquiéter du retour en force de ces virus pour la période hivernale, le corps médical s’inquiète cependant davantage du retour de la bronchiolite. Il s’agit d’une maladie très contagieuse touchant en premier lieu les jeunes enfants (30 % des moins de deux ans selon l’ARS, l’Agence Régionale de Santé). Cette infection respiratoire, qui débute en général mi-octobre, provoque une toux sèche, de la fièvre, une respiration rapide, des gènes respiratoires ainsi qu’une difficulté particulière à s’alimenter. Les parents doivent donc veiller à conserver les gestes barrières et le port du masque, y compris pour leurs enfants qui sont particulièrement sensibles à cette maladie.

En cette période d’accalmie, la Covid-19 est cependant toujours présente. Si les enfants ne sont pas les principales cibles de ce virus, il est important de noter que les adultes peuvent présenter de graves problèmes respiratoires si la bronchiolite venait à se coupler avec la Covid-19. Les précautions prises pour les uns, permettent donc de protéger les autres.

Le retour de la grippe

La grippe saisonnière, beaucoup plus virulente, fait son grand retour cette année. Les médecins généralistes craignent de voir le virus se propager et constatent des consultations de plus en plus nombreuses dans leur cabinet. Le gouvernement insiste sur la conservation des gestes barrières et appelle à la responsabilité de chacun pour tenter d’enrayer l’apparition de ces maladies saisonnières. On rappelle qu’il s’agit de :

  • Se laver régulièrement les mains,
  • Porter son masque dans les lieux publics et dans les bâtiments lorsque la distanciation physique est difficile,
  • Conserver ses distances avec les autres personnes,
  • Éternuer dans son coude,
  • Rester chez soi si on ne se sent pas bien,
  • Se faire vacciner dès que possible si ce n’est pas déjà fait.

C’est d’ailleurs sur ce dernier point que le gouvernement souhaite effectuer de la prévention. La vaccination contre la grippe existe toujours et peut permettre aux personnes les plus fragiles de contrer une éventuelle forme grave du virus. Elle permettra également une prise en charge plus rapide du patient atteint de la Covid-19, le corps médical étant alors en mesure d’éliminer la grippe de l’équation.

Grippe et Covid : comment distinguer les maladies ?

Bronchiolite, angine, grippe ou Covid, il n’est pas forcément évident de distinguer ces différentes maladies, surtout depuis l’apparition de cette dernière. Voici quelques clés qui pourront vous permettre de savoir si vous êtes atteint de la grippe ou de la Covid-19.

Le temps d’incubation (temps s’écoulant entre le contact effectué avec le virus et l’apparition des premiers symptômes) n’est pas le même pour les deux maladies. La grippe possède en effet un temps d’incubation compris 1 et 3 jours. La Covid-19 observe, quant à elle, un temps d’incubation beaucoup plus long : entre 3 et 5 jours et parfois jusqu’à 14 jours. Par ailleurs, la grippe se propage plus rapidement que la Covid-19.

Les personnes touchées peuvent également être un indicateur. Si les enfants sont davantage sensibles au virus de la grippe, les adultes seraient beaucoup plus réceptifs à la Covid-19.

Rappelons que, quels que soient les symptômes rencontrés, il convient d’aller consulter le plus rapidement possible un médecin généraliste. Il sera en mesure de poser un diagnostic fiable et de prescrire les médicaments adaptés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici