Il arrive souvent de se blesser, au quotidien, de manière bénigne. Il peut arriver que certaines de nos blessures s’infectent, ce qui rend son traitement indispensable. Seulement voilà, comment savoir si c’est le cas ? Suivez notre guide.

Le processus de cicatrisation

Dans un cadre normal, une blessure se guérit naturellement d’elle-même au bout de quelques jours. On commence d’abord par saigner, puis une croûte se forme (qu’il ne faut pas enlever prématurément !). On peut ressentir une douleur au début, puis avoir un gonflement ou une rougeur au niveau de la cicatrice, mais ce sont des symptômes qui ne durent pas longtemps.

La blessure va cicatriser, car de nouveaux tissus vont se développer sur la plaie au fil du temps : en général deux semaines. Lors du processus de cicatrisation, des cellules œuvrent en commun pour nettoyer, sceller et produire des nouveaux tissus et vaisseaux sanguins. La cicatrice, c’est le traumatisme qu’il reste de tout ce travail. Si cela dure plus longtemps, alors il est possible qu’elle soit infectée.

Pourquoi une blessure s’infecte ?

Lorsqu’on dit d’une blessure qu’elle est infectée, cela veut dire que des microbes se sont développés et propagés à l’intérieur de la peau ou dans la plaie. Ce sont le plus souvent des bactéries connues sous le nom de « staphylocoques » ou « streptocoques ». Elles provoquent des infections qui réveillent le système immunitaire, causant une inflammation et des dommages au niveau cutané. Dans ce cas de figure, le processus de guérison est beaucoup plus long.

Il n’est pas rare que des infections surviennent, mais elles restent généralement concentrées sur une petite zone et elles guérissent d’elles-mêmes. Il peut toutefois arriver que certaines ne s’en aillent pas, car elles ne sont pas traitées correctement. C’est une situation qui peut toucher n’importe quel type de plaie (chirurgie, coupure, morsure, traumatisme, piqûre, etc.), mais plus la blessure sera profonde, plus elle aura de chance de s’infecter. Les morsures peuvent aussi rapidement propager une infection, car les griffes ou les dents d’animaux sont porteurs de germes.

L’efficacité de la cicatrisation dépend aussi d’autres affections susceptibles de retarder la cicatrisation des plaies, comme le diabète, la malnutrition, le SIDA et d’autres troubles qui perturbent le système immunitaire.

À quoi reconnait-on une plaie infectée ?

Il existe des symptômes caractéristiques du signe d’une infection. Tout d’abord, votre plaie n’est pas censée s’élargir. Si elle commence à s’étendre aux tissus voisins, cela peut être le signe qu’elle est infectée. De même, si vous constatez des rougeurs ou des gonflements qui s’amplifient.

En plus d’observer les symptômes, il faut aussi savoir écouter votre corps. Si vous ressentez toujours de la douleur, une forte sensibilité ou une sorte de chaleur sur votre plaie, ce n’est pas un processus de cicatrisation normal. Si une mauvaise odeur se dégage, c’est aussi très mauvais signe.

Enfin, la présence de pus sur la plaie et de fièvre sont des signes d’infections forts.

Quel traitement dois-je mettre en place pour me soigner ?

Désinfecter ma plaie

On connaît le fameux dicton « il vaut mieux prévenir que guérir ». Ainsi, si vous avez le moindre doute d’un début d’infection ou pour être sûr que votre plaie reste propre, il est préférable de la nettoyer.

Pour bien désinfecter votre plaie, il faut procéder de la manière suivante : nettoyez d’abord à l’eau et au savon votre blessure puis rincer là à l’eau afin d’enlever tous les résidus. Après l’avoir séché avec un mouchoir en papier, vous pouvez appliquer un antiseptique ou une pommade antibiotique. Attention, ne nettoyez jamais votre blessure avec du coton, il risque de s’effilocher à l’intérieur de la plaie.

En prenant soin d’appliquer cette méthode régulièrement, la plupart des infections bactériennes et virales resteront superficielles et partiront d’elles-mêmes, sans traitement poussé particulier.

Avoir recours à un professionnel

Si la plaie est plus grande que la moitié de la paume de votre main, ou si elle est située près d’un orifice naturel (visage, organes génitaux, anus…), il est indispensable de consulter votre médecin traitant, qu’il y ait soupçon d’infection ou non.

Il peut arriver que certaines infections nécessitent un antibiotique appliqué localement sur la peau, voir même une incision ou un drainage. Si votre infection est déjà à un stade avancé, vous aurez besoin de la prescription d’antibiotiques généraux ou systémiques. Cela peut aller jusqu’à la nécessité de retirer des tissus morts, plusieurs fois.

Dès que vous voyez que votre plaie s’infecte, il faut donc aller voir un médecin afin qu’il détermine le traitement le plus adapté à votre cas.

Mise en garde : le tétanos

Le risque de tétanos est réel, il est particulièrement élevé chez les personnes âgées. Il s’attrape à travers l’infection d’une plaie ou d’une blessure provoquée par l’absorption de spores de la bactérie Clostridium tetani. Le tétanos est une maladie très grave, qui conduit au décès dans 50 % des cas.

Il faut ainsi regarder régulièrement son carnet de vaccination pour vérifier la date de la dernière injection antitétanique.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici